• Publication publiée :4 février 2024
  • Temps de lecture :7 min de lecture
  • Commentaires de la publication :3 commentaires

Le problèmes de boîte  est réglé. Moins important que ce je pensais, en fait c’est le crabot qui était usé, donc à l’accélération il sautait.

Pendant ce temps nous avons séjourné dans un AirBnb dans un quartier assez sympa, pas loin du garage, ce qui m’a permis de suivre les travaux.

Nous n’avons pas trop pu profiter de la ville de Cali car j’ai passé pas mal de temps au garage et sur le net pour les pièces.
Cali est désignée comme la capitale culturelle de la Colombie et la capitale mondiale de la salsa. C’est la 3° ville la plus peuplée du pays.

Les environs de Cali
Vue de Cali

Pour faire quelques test et vérifier que tout allait bien du point de vue mécanique nous avons fait une petite ballade vers un principaux port colombien, Buenaventura. Pour y accéder à  il faut traverser le massif Pacifico qui est la suite du Darien panaméen. Un massif de forêt tropicale humide resté très sauvage. Depuis Buenaventura il y a beaucoup de dessertes en lancha pour aller sur différentes iles touristique et pour accéder au plages du Pacifique qui n’ont pas d’autres accès que par la mer. Donc il y a pas mal d’activité touristique.
Au passage nous nous sommes arrêté au petit village de Cordoba. Le point de départ d’excursions vers des cascades au cœur de la forêt. L’originalité c’est le moyen de transport utilisé. Ce sont des wagonnets, aménagés pour le transport de personnes, propulsés par des motos, appelé les Brujitas,  utilisant la voie du ferrocarril del Pacifico. C’était un dimanche avec de nombreux bus et d’agences de tourisme, bref pas de train pour nous. Cette attraction touristique, mais aussi le moyen de transport pour les habitants, avait fait l’objet d’un reportage dans l’émission « des trains pas comme les autres » de la 5

Le malecon de Buenaventura
Jetée pour le départ des Lanchas
Départ des Brujitasi
Départ des Brujitas

En faisant mon plein d’eau de la cellule je me suis oublié le bouchon du réservoir sur le marche pied de la voiture avec le trousseau de clés des coffres. Finalement cela aura été bénéfique. Nous en avons trouvé un chez deux français qui ont ouvert un atelier de véhicule de voyage à Silvia. Une petite bourgade de la communauté indigène Misak aussi appelé les Gambianos, du nom de leur territoire. Tout les mardis se déroule un marché traditionnel où les autochtones viennent vendre leurs produits artisanaux en habit traditionnel. Cela nous a permis de découvrir un marché très animé et très fourni mais aussi des gens sympas.

Nous avons donc repris la route en direction de la zone caféière entre Bogotá et Medellín. Au passage nous devions visiter une finca en vente, nous n’avons pas donné suite car elle est située dans un col à plus de 1700 m d’altitude, donc pour le climat ce n’est pas ce qui nous convient.

Nous sommes remonté jusqu’à Manizales, capitale du département des Caldas, aussi surnommé el eje cafetero.  La route traverse des paysages de montagne magnifiques. De nombreux cols avec des passages à plus de 3000m sont souvent dans les nuages, nous privant des points de vue sur les pentes abruptes.

Comme d’habitude les photos ICI . Ou dans le menu photos

Pour être informé des nouvelles publications.

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Cet article a 3 commentaires

  1. Jacques

    Superbes photos
    Bonne continuation de voyages
    Bises

  2. Aguilera

    Salue Raymond et Popo!! Quel aventure !!!
    Profitez bien mes amis, faites toujours attention. Gros bisous de nous deux…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.