Test au Maroc.

Nous avons effectué la traversée d’Algésiras à Ceuta le 31/12 et nous sommes entré au Maroc ce même jour.

Comme nous étions parti avec de la famille possédant un fourgon aménagé la première partie du voyage a été classique, effectué par la route. Nous avons traversé le Rif par Chefchaouen pour descendre sur Essaouira, dire bonjour à des amis en passant.

Pour cette première partie classique peut de chose à dire, si ce n’est que cela nous a permis de vérifier et noter ce qui nous a manqué et semble utile. Comme une jauge pour la réserve d’eau et un voltmètre pour vérifier l’état de charge de la batterie, le coffre à l’intérieur du véhicule à repenser.

Après quelques jours passés à Essaouira, direction Tafraout.

IMGP4055

Là nous sommes descendu vers Tata par une piste, donnée par Le Gandini, sans grand intérêt dans sa première partie, mais superbe dans sa dernière partie. De belles portions en canyon encaissé avec des traversée de petits villages.

Après avoir retrouvé le goudron les choses se sont un peu gâtées. Une crevaison m’a permis de découvrir la rupture du support inférieur de l’amortisseur AR droit.

Fixation qui semblent légère malgré tout.

Fixation qui semblent légère malgré tout.

Le soucis semble venir d’une pression assez importante dans les amortisseurs, permettant le rétablissement de l’assiette, et des fixations un peu « légère ».  Donc intervention soudure à Tata où nous sommes rendu à petite vitesse.

A midi, après quelques points de soudures, nouveau départ pour Zagora en passant par Foum Zguid et la piste. Nous avons retrouvé des voyageurs avec qui nous avions échangé par l’intermédiaire d’un forum.

Après discutions avec un mécanicien local, Ali pour ceux qui le connaissent, et échange de mail avec le fabricant des amortisseurs, les établissements Fournales  j’ai décidé de faire ajouter une lame de ressort. Cela devait permettre de partager l’effort de rétablissement d’assiette entre les lames et les amortisseurs et de diminuer leurs pressions.

Pose d'une lame supplementaire.

Pose d’une lame supplementaire.

Nouveau départ pour Taouz et Merzouga en empruntant la piste décrite par le Gandini le long de la frontière Algérienne.

Un peu avant la zone de sable mou avant Taouz, la soudure du support a lâché. Il faut dire que c’était plus une succession de points, plus ou moins éloignés qu’une vrai soudure ! Dans le sable ce fut un peu « rock’en roll » avec un amortisseur en moins, heureusement que j’avais fait rajouté une lame de ressort !

Nous avons rejoint Rissani et là nouvelle soudure faite par un chaudronnier qui a pris le temps de refaire l’encrage en tôle du support et de belles soudures sur toute la partie en contact avec l’essieu.

Le lendemain super ballade dans l’Erg Chebbi. Évidemment tant qu’à tester nous avons aussi testé les plaques de désensablement ! Il fallait bien commencer un jour !

Là ça ce gâte !!!

Là ça ce gâte !!!

Nous avons fait quelques pistes en remontant vers Fés pour retrouver la famille. Malheureusement nous n’avons pas pu aller au bout de cirque de Jaffar pour cause de neige.

Ce petit périple nous a permis de cerner quelques points faibles à améliorer.

Ces modifications et améliorations seront décrites dans un autre article.

Quelques photos de ce tour marocains sont  accessibles depuis le menu « Photos ».

Pour les photos ICI

 

 

 

A propos Raymond

Retraités voyageurs, amoureux de l'Amérique du sud
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *